931327_370875216362609_1665387936_n

Bonjour tout le monde !

Vous marchez dans la nature, vous admirez les arbres qui perdent leurs dernières feuilles, le sol est légèrement givré et craque sous vos pas... ...

De la culture tamazighte

 Culture De la culture tamazighte Moyen-Atlas & Fès, un même itinéraire un espace de création et de créativité, large comme le ciel MERCREDI 17 S...

La Taverne des Arts

Activités Arts Exposition de l'artiste A. Laaraj à la Galerie Bab Rouah à Rabat Le Ministère de la culture organise une exposition de l'artiste...

0355

Al Bayra

Comédie Marocaine Al Bayra Pour honorer le testament de son frère décédé, Mokhtar un adel (notaire traditionnel sexagénaire, célibataire et misogyne ...

Chroniques

Aux auteurs et poètes en herbe, quelques recommandations,

La musique, la lecture, le théâtre, le cinéma et les voyages : Voilà cinq domaines qui ont en commun la portée artistique, l'invitation au r...

Réflexions

Aux auteurs et poètes en herbe, quelques recommandations,

La musique, la lecture, le théâtre, le cinéma et les voyages : Voilà cinq domaines qui ont en commun...

Nouvelles & Contes

1646767

La nouvelle magique

Nouvelle La nouvelle magique Abdelmalek AGHZAF Personne n'aurait pensé qu'elle allait devenir celle qui est devenue la coqueluche de toute u...

Poésie

La vie chez nous à la campagne :

POESIE: Abdelmelk AGHZAF La vie chez nous à la campagne : La nature, il n'y a pas mieux, La sérénité, le calme, la voix du silence La modes...

Chroniques

Aux auteurs et poètes en herbe, quelques recommandations,

La musique, la lecture, le théâtre, le cinéma et les voyages : Voilà cinq domaines qui ont en commun la portée artistique, l'invitation au r...

Aux auteurs et poètes en herbe, quelques recommandations,

La musique, la lecture, le théâtre, le cinéma et les voyages : Voilà cinq domaines qui ont en commun la portée artistique, l’invitation au rêve, la stimulation de l’imagination, enfin la liberté de pensée et de réflexion.
Le poète Joachim du Bellay dans « Les regrets » : « Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage, ou comme celui-là qui conquit la Toison. Et puis s’en est retourné, plein d’usage et raison, Vivre entre ses parents le reste de son âge ! »,Jean de La Fontaine dans « Les Deux Pigeons » : « Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ? », Montaigne, dans ses « Essais » : « Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent (la) raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche. » Et enfin, Charles Baudelaire, dans « Les Fleurs du Mal » :  » Mais les vrais voyages sont ceux-là seuls qui partent pour partir; cœurs légers, semblables aux ballons, De leur fatalité jamais ils ne s’écartent, Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons. »
En effet, il n’y a pas mieux que de faire un voyage : Prendre sa monture et aller au grès des Vents. LES VOYAGES FORMENT L’HOMME. ICARE n’aurait pas fondu en approchant le Soleil, dans son périple sidéral. Sisyphe ne serait pas redescendu après l’écroulement de son rocher. La statue de Pygmalion n’aurait pas parlé. Les animaux de Jean de La Fontaine n’auraient pas été plus sages que les philosophes de l’Antiquité ni les personnages de World Disney n’auraient façonné l’imaginaire collectif des enfants de tout l’univers. Les symphonies, les sonates, les rondeaux, les mélodies n’auraient traversé les âges, les frontières, les cultures et survécu au dépérissement des modes en vogue ! La lecture est un ensemble de couleurs ; la musique colore l’âme et l’esprit ; le cinéma, c’est toute la couleur sonorisée ; les voyages sont des panoramas de couleurs! Ainsi peut-on parler de famille des arts. On ne peut aimer ceci sans penser à cela et ainsi de suite. La seule et la vraie culture est, on ne peut plus, générale, dont le socle est bien solide.
La spécialisation est la pauvreté même. On ne peut pas être modeste, quand on est ignorant. On ne saurait être vaniteux, quand on SAIT ! On préfère partager le Savoir avec le commun des mortels dans la langue des Hommes Libres : celle de la tolérance, du dialogue et du respect mutuel.
Les opinions arrêtées sont l’œuvre des simples d’esprit. Le sens critique, l’autocritique, l’acceptation du dialogue, le respect de la différence et de la divergence des opinions ne sont en fait que le fruit de la large connaissance, de l’expérience dans la vie, de la modestie de vrais Savants.
Peut-on arrêter de savoir ou de connaître ?
Jamais !
Un bon lecteur ressemble plus à un prisonnier, à qui on a remis un morceau de pain dans du papier journal ; affamé qu’il était, il préféra dévorer les mots, mâcher les phrases des articles sur les colonnes du journal, oubliant le creux qu’il avait à l’estomac. Il a su enfin pourquoi il était si différent des autres, détenus ou libres !

Abdelmalek Aghzaf, Fès, le 27/3/2013.

Bonjour tout le monde !

Vous marchez dans la nature, vous admirez les
arbres qui perdent leurs dernières feuilles, le
sol est légèrement givré et craque sous vos pas…

La nature est magnifique, il fait beau, l’air
est frais…

beau, intelligent, gentil, attentionné,
tout ce dont vous avez toujours rêvé.Et vous ne rêvez pas, il est là, il marche
tout contre vous, puis s’arrête et vous prend
amoureusement dans ses bras pour vous réchauffer.

Il caresse tendrement vos cheveux, vous
embrasse dans le cou… Vous vous sentez bien
dans ses bras, vous êtes protégée, aimée…

Il vous murmure des mots doux à l’oreille, et
vous fondez de bonheur. Vous n’arrivez pas
réaliser que c’est vous, là, dans les bras de
l’homme de vos rêves.

Vous qui, il y a quelques mois, étiez
complètement abattue, démoralisée par les échecs
sentimentaux, vous qui vous demandiez si vous
finiriez enfin par comprendre les hommes…

Comprenez bien que tout ceci n’est pas une
fiction, mais une promesse. Cette personne en
balade romantique avec l’homme idéal, c’est vous.
« Faites battre son coeur et
séduisez-le pour la vie – conseils d’un homme qui
aime les femmes »

La nouvelle magique

Nouvelle

La nouvelle magique

Abdelmalek AGHZAF

Personne n’aurait pensé qu’elle allait devenir celle qui est devenue la coqueluche de toute une région, dont parle toute la presse, dont le nom suffit pour enclencher tout un mythe. Read more

Mon feu père et le Graal

Nouvelle

Mon feu père et le Graal

Bensahib Abdelmalek
Il avait ce don du ciel qui lui permettait de distinguer entre les pierres et les roches, celles qui contenaient des soupçons de minerais, après les avoir soupesées et scrutées de tous les côtés ; Read more

Aït Ishaq, la superstitieuse,…

Chronique du passé

Aït Ishaq,la superstitieuse,…

 Outre les espiègleries de l’enfance, nous gardons,  pour toujours,  des souvenirs très marquants de ces hauts-lieux du Moyen-Atlas, Read more

Cœur Florissant :

Conte/nouvelle

Cœur Florissant : 

téléchargementNejma Aghzaf.

Il était une fois un roi qui avait quatre épouses. Il aimait beaucoup la quatrième et faisait tout pour la satisfaire, alors que pour sa troisième femme même s’il l’aimait aussi, il pressentait toujours qu’elle allait le délaisser pour un autre homme… Read more

De la culture tamazighte

 Culture

De la culture tamazighte

3639Moyen-Atlas & Fès, un même itinéraire
un espace de création et de créativité, large comme le ciel
MERCREDI 17 SEPTEMBRE 2008 Read more

La vie chez nous à la campagne :

POESIE:
PROFESSEURAbdelmelk AGHZAF
La vie chez nous à la campagne :

La nature, il n'y a pas mieux,
La sérénité, le calme, la voix du silence
La modestie, sur la terre, mais près du ciel
Donc de Dieu, des anges, des étoiles et .... Read more

Je pense à ma ville natale , avec beaucoup…

Je pense à ma ville natale , avec beaucoup...

13 - 1

La ville : Azrou, nostalgie et souvenirs d’un temps révolu.

Quand le langage agonise et tue !

Réflexions

Quand le langage agonise et tue !

PROFESSEUR

Pour méditer autour du langage utilisé, au jour  d’aujourd’hui, par les hommes politiques, au Maroc, en passant par celui employé aussi bien par le chef du gouvernement que par le restant des ministres constituant la majorité gouvernante, Read more